Profiter des nouveaux réseaux de consommation collaborative

Alimentation
2 personnes aiment
<< Retour à la liste

Face à la mainmise des grandes centrales d’achat sur les prix de vente des producteurs et compte tenu des prix de plus en plus élevés pour le consommateur, des groupements de producteurs et d’éleveurs se sont développés pour courtcircuiter
les réseaux de distribution traditionnels et vendre directement la production locale aux consommateurs. Différentes structures se sont mises en place pour vendre des produits frais, locaux, voire BIO à des prix inférieurs à la grande distribution en développant le principe de la consommation collaborative.

 

Le réseau des jardins de Cocagne

Les Jardins de Cocagne sont les pionniers du panier bio. Il s’agit de jardins maraîchers biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle. À travers la production et la distribution de légumes biologiques, sous forme de paniers hebdomadaires, à des adhérents-consommateurs, ces jardins permettent à des adultes en difficulté de retrouver un emploi et de (re)construire un projet
personnel. Ce travail leur redonne un sentiment d’utilité et de confiance en soi. Le panier est composé de cinq à six variétés en fonction de la saison, principalement des légumes. Mais parfois, des aromates et des fruits s’ajoutent aux légumes.
Les prix sont alignés sur ceux du marché, entre 12 et 15 euros le panier familial. Il faut prendre un abonnement au semestre ou à l’année. Il propose également aux étudiants ayant de faibles revenus un “panier solidaire”. Acheter chez eux, c’est faire un acte solidaire, mais aussi un geste pour votre santé.

 

Découvrir les AMAP

Qu’est-ce que c’est?
Une AMAP naît en général de la rencontre d’un groupe de consommateurs et d’un ou de plusieurs producteurs prêts à entrer dans la démarche. Ils établissent entre eux un contrat définissant la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être aussi bien des fruits, des légumes, des oeufs, du fromage, de la viande...
La diversité est très importante, car elle permet aux partenaires de l’AMAP de consommer une grande variété d’aliments, d’étendre la durée de la saison, et de limiter les risques dus aux aléas climatiques et aux éventuels problèmes sanitaires.
Pendant la saison, et ce de manière périodique (ex. une fois par semaine), le producteur met les produits frais (ex. les fruits et légumes sont récoltés le matin même de la distribution) à disposition des partenaires, pour constituer leur panier.
Le contenu de ce dernier dépend des produits arrivés à maturité chez les producteurs. Contrairement à la grande distribution, les consommateurs en AMAP accordent moins d’importance à la standardisation des aliments ; tout ce qui est produit est
consommé (alors que dans l’autre cas, ce peut être jusqu’à 60 % de la récolte qui reste au champ).

Adhérer à une AMAP
Pour intégrer une AMAP , les adhérents payent une cotisation (le prix du panier) pour permettre à l’exploitant de s’assurer une rémunération régulière. En contrepartie, il s’engage à leur fournir chaque semaine un panier comprenant des fruits, des légumes, parfois des oeufs, du pain ou du lait de son exploitation. Le contenu est différent à chaque fois et se compose uniquement de produits de saison. C’est un bon moyen de favoriser la production locale, de limiter le transport et de se faire plaisir.
Le prix est fixe, il est défini par l’agriculteur et ne bouge pas. On a donc l’assurance de payer le même tarif à chaque fois. Il varie seulement en fonction de la formule choisie : célibataire, couple ou famille. L’engagement de l’adhérent se fait sur une durée minimum, généralement 1 an.
Contrairement à vos habitudes d’achat et de consommation, vous devez apprendre à cuisiner les produits qui vous sont proposés. Cela bouleverse l’idée de préparer ses menus et sa liste de course en avance. En revanche, vous accédez à des produits locaux de qualité, vous faites un geste écologique en réduisant le temps de transport des produits et une bonne affaire avec des prix
très compétitifs. Voilà une démarche solidairement écologique et économique.

 

Acheter directement chez le producteur local

Ceux qui ont la chance de vivre en province et non loin de notre belle campagne peuvent contacter directement les producteurs locaux pour s’approvisionner. Il n’est pas rare de lire le long des routes des pancartes affichant « Vente de pommes », « Confitures maison », « Poires du verger » « Cidre fermier ». Les prix proposés sont souvent attractifs, et la campagne foisonne de petits producteurs qui, pour arrondir leurs fins de mois, font de la vente directe à la ferme.
Cette vente directe supprime les intermédiaires, donc le cumul des marges, permettant de proposer des tarifs très avantageux. Il ne faut pas hésiter à visiter les fermes, car toutes n’indiquent pas qu’elles font de la vente directe.
Si vous habitez en ville, profitez de vos déplacements à la campagne pour vous y arrêter et rencontrer les exploitants. Ils peuvent être intéressés de vendre une partie de leur production à un groupement de consommateurs, même citadins.

 

La ruche qui dit Oui!

 

“Après le succès des AMAP, les initiatives se multiplient pour développer le commerce direct entre les producteurs et les consommateurs. La Ruche qui dit Oui ! est un outil internet permettant à une communauté de voisinage d’acheter en direct aux producteurs locaux via une plate-forme commerciale dédiée.
Les produits commandés en ligne sont ensuite récupérés lors d’une distribution organisée chez le Responsable de Ruche. Ce dernier coordonne les relations avec les producteurs, le suivi des ventes en ligne, les distributions et l’animation de
la communauté. Les producteurs fixent au préalable un montant minimum de commande globale à atteindre pour assurer la livraison des produits.
En combinant circuits courts et achats groupés, La Ruche qui Dit Oui ! permet aux producteurs et aux consommateurs de bénéficier d’un prix juste. Juste pour le producteur qui touche 80% du prix affiché, juste pour le consommateur qui accède à des produits de qualité à prix abordable. 10% du prix sert à rémunérer le travail du Responsable de Ruche et 10% du prix rémunère
l’outil internet mis à disposition par La Ruche qui dit Oui !
L’achat dans une ruche vous garantit des produits de qualité en provenance de votre région. Les prix varient d’une ruche à l’autre en fonction du coût de production local : des prix très intéressants côtoient donc des niveaux de prix habituels, mais vous aurez toujours l’assurance que le producteur est rémunéré à sa juste valeur!

 

Pour plus d'informations téléchargez notre guide pratique : http://www.monecocity.fr/index.php/accueil/guide

 

Pour les consommateurs et les producteurs qui participent à ces réseaux, pensez à vous inscrire sur monECOCITY afin de dynamiser ce mode de consommation collaborative, écologique et solidaire.