Monnaie locale complémentaire

Finance
<< Retour à la liste
Monnaie locale complémentaire

 

La monnaie locale complémentaire

 

Depuis quelques années, des centaines de MLC (monnaies locales complémentaires) refleurissent partout dans le monde et en France (Toulouse, Brest, Lyon, Grenoble, Chambéry, Romans, Mûrs-Érigné, Villeneuve/Lot…).

 

Une monnaie locale complémentaire est une monnaie « interne », créée par une association de citoyens ou une municipalité pour servir dans les échanges locaux de biens et services, sur le modèle des SEL. Elle permet de dynamiser l’économie locale et les échanges solidaires, car elle ne peut être utilisée que localement.

 

Comment cela fonctionne t-il?

Ce sont en général des monnaies non convertibles et « fondantes », c’est-à-dire qu’elles perdent leur valeur avec le temps (tout comme les Tickets restaurants ou les bons de réduction des grandes surfaces, qui disposent d’une validité limitée) et ne peuvent se thésauriser.

 

Le rôle d’une monnaie locale est principalement de permettre une relocalisation de l’économie en favorisant les échanges locaux.

 

Chaque groupement lançant une monnaie locale complémentaire va lui donner un nom comme : la mesure, la commune, les abeilles, l’occitan... et la matérialiser sous forme de billets, un peu comme ceux du Monopoly, avec une valeur faciale associée au nom de la monnaie de 1, 2, 5 et 10, valant respectivement 1, 2, 5 et 10 euros.

 

Cette monnaie fonctionne en circuit fermé et permet d’effectuer des paiements d’achats chez des commerçants et artisans locaux, eux aussi membres de l’association.

Les membres changent leurs euros dans la monnaie locale pour régler leurs achats. Les adhérents souhaitant quitter le système de monnaie locale échangent leurs billets contre des euros, mais perdent un petit pourcentage sur la valeur de chaque billet. Les fonds récoltés lors de ces diverses opérations couvrent les frais de fonctionnement de l’association, et notamment les frais liés à l’impression des billets.

 

Cet argent permet également de financer des projets locaux en empruntant à des taux faibles et parfaitement maîtrisables. De telles initiatives se multiplient depuis une dizaine d’années dans certains  

des pays de la zone euro (Belgique, Italie, Grèce...) et même au-delà.

 

En cantonnant la monnaie dans son rôle d’instrument d’échanges, la monnaie locale complémentaire vise à abolir le pouvoir spéculatif de l’argent, mais contribue à la relocalisation de l’économie autour d’activités

à préoccupation écologique et sociale. Elle vise à développer une économie autocentrée localement, à redonner du sens à l’acte d’échange, à recréer des liens entre les hommes d’une même commune.

 

Par ce biais, les élus pourraient aider les plus défavorisés de leurs concitoyens. Au lieu que le CCAS ne distribue des bons d’achats pas utilisables dans les grandes surfaces, il pourrait allouer une partie de son aide en monnaie locale et ainsi en faire profiter toute l’économie de proximité.

Pour soutenir cette démarche, les communes permettraient aux citoyens de payer en monnaie locale l’entrée au théâtre, à la piscine, l’abonnement à la bibliothèque et autres services gérés par la municipalité.

C’est un nouvel état d’esprit mobilisateur, porteur d’espoir et de richesse collective dans les années à venir dont les municipalités progressistes devraient s’emparer pour le bien de leur communauté.

 

Dans la réalité les MLC peinent à se développer, comme d'ailleurs les SEL (système d'échanges locaux).

 

J'y vois plusieurs raisons :

- L'individualisme des consommateurs agissant plus par intérêt que par solidarité

- Un manque de pédagogie sur l'utilisation et l'intérêt d'une telle démarche

- Une approche sans doute plus dogmatique que pragmatique

 

La plateforme monECOCITY permet de dépasser ces freins en offrant aux adhérents de la monnaire locale un outil d'interaction simple avec les citoyens.

Les différentes fonctionnalités du site permettent d'animer plus facilement le réseau des adhérents et leurs utilisateurs. monECOCITY représente beaucoup plus qu'un outil numérique. C'est avant tout une démarche globale pour faciliter le développement territorial tant économique que social.

 

 

Pour plus d'informations : http://monnaie-locale-complementaire.net/france/